Mois: novembre 2012

Vendredi c’est dvd – Jeux d’enfants

Quatrième film que je vous propose et cette fois ci je suis de retour dans notre beau pays français ! Un film que vous avez surement vu ou du moins, que vous connaissez de nom. Il s’agit tout simplement de Jeux d’enfants avec le formidable couple Marion Cotillard/Guillaume Canet. Surement un des plus beaux films français, réalisé par le formidable Yann Samuell, qui est tout de même inspiré d’Amelie Poulain. L’intrigue est pourtant d’une simplicité enfantine et raconté de la manière d’un conte : Sophie et Julien se sont rencontrés dans leur jeunesse. Ils ont inventé le jeu du cap ou pas cap dont ils sont les seuls joueurs. Cela les exclue de l’effrayant monde qui se situe en dehors de leur bulle. Mais très vite, l’amour pointe le bout de son nez et bouleverse le jeu … Même si je suis moins fan de la seconde partie du film, je vous recommande ce joli long métrage qui vous mettra la banane au visage. Ce film nous rend nostalgique sur notre jeunesse et les jeux que nous faisions. Cette histoire d’amour, impossible, nous fait réfléchir. Mention spéciale aux deux acteurs qui sont authentiques, attachants et qui réussissent à nous faire croire à la magie de ce film.

Le pitch du film : Sophie et Julien se connaissent depuis leur plus tendre enfance et jouent à un célèbre jeux : Cap ou pas cap. Le spectateur les suit à travers leur vie. L’amour, le jeu .. Au final que vont-ils choisir ?
« Sacrée Sophie, le jeu avait repris sur les chapeaux de roue. Du bonheur à l’état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C’était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l’héro, mieux que la dope, coke, crack, fix, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, peyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l’intégrale des Muppet Show, la fin de 2001. Mieux que le déhanché d’Emma Peel, Marilyn, la Schtroumpfette, Lara Croft, Naomi Campbell et le grain de beauté de Cindy Crawford. Mieux que la face B d’Abbey Road, les solos d’Hendrix, le petit pas de Neil Armstrong sur la lune. Le Space Mountain, la ronde du Père Noël, la fortune de Bill Gates, les transes du Dalaï lama, les NDE, la résurrection de Lazare, toutes les piquouzes de testostérone de Schwarzy, le collagène dans les lèvres de Pamela Anderson. Mieux que Woodstock et les rave parties les plus orgasmiques. Mieux que la défonce de Sade, Yann Rimbaud, Morrison et Castaneda. Mieux que la liberté. Mieux que la vie… »

Publicités

La vidéo du mercredi

En ce mercredi après-midi, je voulais rendre un petit hommage à une série qui a été neuf longues années de ma vie. J’y repense souvent et des petites larmes coulent en signe de nostalgie. Cette série arrivait à me faire passer par toutes les émotions possibles. L’extrême douleur lors de la fusillade ou de l’enterrement de Q, le bonheur lors du mariage de Nathan & Haley ou de la naissance de Jamie, mais aussi des rires incontrôlés jusqu’aux pleurs .. Et cela, toujours accompagné d’un B.O sans faute. Rien que le titre est adapté d’une de mes chansons préférées de U2. One Tree Hill c’était une dizaine d’acteurs principaux qu’on aimait suivre. Au lycée, puis dans leur vie d’adulte. J’ai grandi avec cette série, j’ai découvert l’amour avec cette série et même si on peut lui reprocher des dizaines de choses, on ne peut nier qu’elle aura marqué notre enfance.

Vendredi c’est dvd – Virgin suicides

Et voici le troisième film que je vous propose. Peut être moins connu que les deux précédents, mais qui est culte pour moi. Je l’ai vu assez jeune (je devais avoir une dizaine d’années) et ce film m’a profondément marqué à l’époque, d’ailleurs il ne peut que me toucher encore aujourd’hui. C’est tout simplement une véritable claque. Tourné par ma réalisatrice préférée, Sofia Coppola la fille du célèbrissime réalisateur Francis Ford Coppola, il s’agit de Virgin Suicides. Bien que ce film soit sorti il y a plus de 10 ans et se passe dans les années 60, le sujet est malheureusement toujours d’actualité. Le film débute en voix off, une sirène en fond et tout de suite nous sommes confrontés à la situation .. Il y a bel et bien suicide dans le titre les amis. Mais en réalité, ce qui importe dans ce film ce n’est pas tant de résoudre l’énigme finalement insolvable de la mort des soeurs, mais plutôt de s’intéresser sur le regard des jeunes hommes vis-à-vis des magnifiques blondes.

Tout d’abord, je dois dire que je suis totalement fan de plusieurs choses dans ce film. Déjà la photographie et les couleurs sublimes, le récit déstructuré raconté par des voisins qui finalement ne sont pas au courant de grand-chose, la mise en scène à tomber à la renverse et aussi, la bande son exceptionnelle (et FRANÇAISE en plus !). Ce qui me marque à chaque fois (j’ai dû voir ce film une bonne dizaine de fois) c’est la douceur et la légèreté qu’utilise Sofia Coppola pour traiter un sujet aussi grave que le suicide. Elle nous plonge dans une fraîcheur enfantine et parfois naïve. Et on le voit, rien qu’à a présentation du titre. Chaque scène du film est intrigante, inquiétante et même envoutante. Mais une question se pose tout du long du film .. Qu’est-ce qui cloche chez les sœurs Lisbon ? Surement le puritanisme des parents qui imposent de plus en plus de règles au fur et à mesure du film. Jusqu’à même interdire et bruler les vinyles Rock de Lux. Les sœurs deviennent cloîtrées chez elles et au lieu de fuir de cette horrible maison, elles optent pour la même solution : le suicide. Tout du long du film, le spectateur est complètement impuissant et voit cette tragédie se dérouler devant lui. Rarement, un film ne m’a dans un tel état d’incompréhension. Dans une sorte de prologue, les narrateurs essayent de vivre face à ses suicides qui les ont marqués à jamais.

Le pitch du film : Nous sommes dans un quartier plutôt aisé des États-Unis dans les années 60. De jeunes garçons observent la vie sinistre de cinq sœurs qui vivent dans une famille catho à l’extrême : Lux (interprété par la formidable Kirsten Dunst), Mary, Cecilia, Bonnie et Therese. Ils les suivent jusqu’à leur suicide et essayent tant bien que mal de communiquer avec elles. Virgin Suicides est un film qui marque et qui vous fera surement réfléchir.

« A ton age on ne connait pas encore les souffrances de la vie – Manifestement, vous n’avez jamais été une fille de treize ans. »

Un petit commentaire ça fait toujours plaisir. Et si vous voulez que je vous prévienne des nouveaux articles, donnez moi vos twitter en commentaires ;)