Harcèlement de rue, parce qu’il faut dire non.

Il y a tout juste un an, j’allais voir les résultats du bac avec mes amis. Nous prenions le bus vers le lycée où la fameuse sentence nous attendait. Il faisait chaud, très chaud, j’avais donc mis une combishort pour l’occasion. En plus, on se faisait une après-midi piscine par la suite. Le bus était bondé, nous nous mettons au milieu. C’est alors qu’un homme âgé d’une cinquantaine d’années arrive vers nous, se rapproche, trop. Il commence à se frotter à moi, machinalement, je le repousse en lui adressant un regard noir. Personne ne dit rien. Il revient, cette fois-ci plus insistant. Je le pousse violemment et commence à m’insurger : « Vous me prenez pour quoi, je suis pas votre chienne ! Arrêtez immédiatement de vous frottez. Je mets un short si je veux ». Il me regarde, interdit. Un silence pesant se fait entendre dans le bus bondé. Tout le monde nous regarde, personne n’ouvre la bouche. Finalement, une dame me proposera sa place avec un sourire de compassion.

afp.com/Francois Guillot

Cette anecdote n’est pas la seule qui m’est arrivée, une main aux fesses dans la rue, des sifflements trop insistants, des coups de klaxon en passant, des frottements dans le métro, des insultes. Toutes les femmes citadines connaissent cela. 1 femme sur 4 a peur dans la rue. Ce constat est effarent. Selon l’INSEE, 20% des femmes de 18 à 29 ans disent se faire injurier au moins une fois par an dans la rue. Les femmes doivent-elles sortir dans la rue en gommant toute trace de féminité pour ne pas se faire embêter ? Au revoir, les jupes, décolletées, talons hauts ?

Mais que faire ? Comment réagir ? 

Plusieurs initiatives ont été crées pour alerter la population autour de ce harcèlement de rue. Sur twitter le hashtag #Safedanslarue a été lancé en février dernier où chaque femme témoignait de son expérience. Il y a quelques mois, dans les rues de Paris la zone « anti relou » fut inauguré dans le XIème arrondissement. La seule solution contre ce harcèlement : en parler autour de soi. Ce n’est pas en taisant ce phénomène qu’il se calmera. Je vous conseille aussi le magnifique film de Mohamed Diab « Les femmes du bus 678 » qui aborde le thème du harcèlement sexuel en Egypte. Un film très beau, au scénario bien ficelé et qui fait réfléchir.

Et toi, des situations du même style te sont-elles arrivées ? Raconte ! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s