La playlist de juillet

Sans titre-2

Télécharger

Ecouter sur youtube (il manque les Kooks et Black Keys)

Voilà une playlist qui sent bon le sable chaud et les cocotiers. J’ai essayé de vous mettre ce que j’écoute le plus en été : de la bonne folk. Il y a bien sûr mélangé à cela de la pop, du rock et même un peu d’électro. Allez, bonnes vacances les amis.

Publicités

Les meilleurs génériques de Séries TV

True Detective, un générique esthétique.

Cette pépite signée HBO, pour ne pas changer, aborde l’histoire d’une sordide enquête criminelle basée sur 17 ans d’intervalle. La chanson qui rythme ce générique tout aussi qu’étrange que prenant, est écrite par The Handsome Family. L’univers glauque et sombre d’une Louisiane perdue ressort avec ses images étranges et psychédéliques. De plus, le duo d’acteurs Woody Harrelson et Matthew McConaughey ne donne qu’envie de plonger dans cette histoire.

Dexter, le malaise

Personne n’a oublié cette série lancée en 2006 et incarnée par l’exceptionnel Michael C. Hall ! Ce générique plutôt .. sanglant, représente des gestes quotidiens de la matinée. Un regard flippant, des plans froids, une musique un tantinet légère. Ce générique, comme la série provoque le malaise. Est-il si malsain d’éprouver de la sympathie pour un serial killer ?

True Blood, le vintage.

Le générique de True Blood rappelle étrangement celui de True Detective. Normal, ses deux séries sont tournées en Louisiane. Un générique vintage qui n’aborde pas le sujet principal de la série : les vampires mais qui impose son atmosphère. On y voit toutes sortes d’extrêmes qui jonchent l’état du sud : la religion, ses animaux sauvages, la violence ainsi qu’un certain côté prédateur. La musique quant à elle est signée Jace Everett.

Six Feet Under, la mort douce.

Six Feet Under est surement l’une des meilleures séries du début du XXIème. Dans ce générique le sujet lourd, une famille qui tient une entreprise de pompes funèbres, est empreint d’une certaine douceur avec la musique de Thomas Newman.

Mad Men, 

Tout est fort dans le générique de Mad Men. Sa musique, ainsi que son esthétique. Plongé dans une entreprise de publicité des années 60, ce générique représente la chute de son personnage principal. Entre slogans accrocheurs « Profitez de ce que l’Amérique a de mieux à vous offrir » et rappel de La Mort Aux Trousses la musique de RJD2 apporte le côté sombre.

Desperate Housewives, le générique qui parle des femmes.

Le générique de Desperate Housewives, désormais cultissime, aborde la condition des femmes tout en détournant des œuvres d’art. On passe de la femme soumise aux taches ménages, à celle puissante et dominatrice.

Monuments Men, pourquoi il ne faut pas aller voir le nouveau Clooney

George Clooney signe son cinquième film basé sur un événement peu connu de la seconde guerre mondiale. Coïncidence du calendrier, il sort en même temps qu’un autre film « Diplomatie » de Volker Schlöndorff qui traître du même sujet. Le premier parle d’une bande joyeux lurons qui veulent sauver les œuvres volées par les nazis, le second aborde la destruction programmée de Paris et de ses monuments par Hitler. Inspiré d’une histoire, ce film se révèle plutôt vide et sans aucun suspens ou ambitions.

Le pitch : En pleine Seconde Guerre mondiale, sept hommes qui sont tout sauf des soldats – des directeurs et des conservateurs de musées, des artistes, des architectes, et des historiens d’art – se jettent au cœur du conflit pour aller sauver des œuvres d’art volées par les nazis et les restituer à leurs propriétaires légitimes. Mais ces trésors sont cachés en plein territoire ennemi, et leurs chances de réussir sont infimes. Pour tenter d’empêcher la destruction de mille ans d’art et de culture, ces Monuments Men vont se lancer dans une incroyable course contre la montre, en risquant leur vie pour protéger et défendre les plus précieux trésors artistiques de l’humanité …

Une idée prometteuse transformée en une sorte de remake raté de Ocean’s Eleven. Le spitch donnait pourtant envie, le casting encore plus ! Mais illustrer des soldats pas vraiment soldats sur leur passion pour l’art. Une passion tellement importante qu’ils sont prêts à donner leur vie pour des œuvres n’est pas chose aisée. La réalisation, pas désagréable n’a rien d’exceptionnel et ne réussit par à cacher le gros manque du film : le scénario. Tout au long du film, on se demande où Monsieur What Else veut aller. Le film tourne en rond, le suspens est inexistant et à la fin on se dit : Tout ça pour .. ça ? Cate Blanchett en française qui ne parle pas français, trop de voix off, un mélange raté entre comédie et film historique .. C’est certainement le film le plus mauvais de George Clooney. Je ne recommande pas du tout.